Voyage de presse à l'Institut Laue Langevin de Grenoble : leader européen des sciences et techniques neutroniques au service de la recherche médicale - Afrocancer

Voyage de presse à l'Institut Laue Langevin de Grenoble : leader européen des sciences et techniques neutroniques au service de la recherche médicale

Travaux scientifiques récents 

http://www.ill.eu/fr/

De nouvelles pistes pour protéger les patients en chimiothérapie contre les spores fongiques 

Giovanna Fragneto évoquera les résultats de recherches en cours sur l’antibiotique  amphotericine B, très largement utilisé pour éliminer les spores fongiques mais qui fait courir des risques aux patients dont le système immunitaire est affaibli – que ce soit par un traitement anti HIV ou une chimiothérapie. Les recherches de Giovanna Fragneto participent à un effort global pour aider les concepteurs de médicaments à améliorer leurs performances, tout en évitant les effets secondaires sévères et parfois mortels sur les reins, le foie ou le cœur.

  

De nouveaux développements possibles dans la conception de médicaments anti-HIV, afin d’améliorer leur efficacité, lutter contre la résistance et réduire les dosages

Matthew Blakeley parlera de ses récents travaux menés à l’ILL sur les interactions entre les inhibiteurs cliniques du HIV les plus courants et l’enzyme – protéase VIH 1. Les expériences effectuées grâce aux neutrons ont montré comment fonctionnent les anti-rétroviraux les plus vendus (dont l’Amprenavir et le Darunavir), utilisés pour bloquer la réplication du virus, et comment leur efficacité pourrait être améliorée.

Du nouveau sur les implants au titane – comprendre et éviter les rejets des implants orthopédiques et dentaires.

Le titane est largement utilisé par la médecine moderne. C’est un matériau de choix pour les stents cardiaques par exemple, mais aussi pour fixer les dents artificielles aux os, ou pour remplacer l’os lui-même. A l’avenir, on étudie la possibilité d’utiliser le titane comme vecteur de transmission des traitements aux cellules cancéreuses ou aux cellules infectées par des virus. Nous savons que les cellules ont tendance à se développer en recouvrant les implants, mais nous ignorons encore ce qui se passe dans les toutes premières minutes où ils pénètrent notre organisme, et comment cela influence les phénomènes de rejet ou d’implantation à long terme.

Cette nouvelle étude réalisée avec des collègues de Cambridge a permis de créer des modèles de membranes humaines et de montrer pour la première fois comment le titane s’intègre dans le corps, et comment ce processus est affecté par d’autres éléments comme le calcium présent dans le sang.